Science et conscience

C’est vrai, Gaston Bachelard écrivait dans ses Fragments d’une poétique du feu : « On n’imagine pas les idées. Inventer dans l’ordre des idées et imaginer des images sont des exploits psychologiques très différents ».

Mais, dans son œuvre, souvent divisée en deux grands ensembles (d’un côté une philosophie des sciences, de l’autre une critique littéraire), les contraires se nourrissent.

De même, dans la discipline encore très jeune de l’écologie sonore, connaissance scientifique et imagination poétique se complètent. Les exemples de compositeurs collaborant avec des chercheurs et utilisant des outils et des matériaux issus de leur recherche sont nombreux.

Ainsi, Thomas Tilly, un musicien français qui interroge le rapport entre nature et technologie, primitivité et modernité, a-t-il été accueilli dans une station du CNRS de la réserve naturelle nationale des Nouragues, en Guyane. Dans cette forêt tropicale humide, l’artiste a écouté et enregistré l’environnement sonore pendant 30 jours et 30 nuits, autant dans le registre de l’audible que dans celui des ultrasons. Il en a tiré Script Geometry, qu’il décrit comme « un projet abordant les environnements sonores naturels comme des ensembles connectés, complexes, dans lesquels l’oreille humaine trouvera une analogie étonnante avec la musique électronique ».

Photo : cénel et François Mauger
Pour aller plus loin...
Gaston Bachelard : Fragments d’une poétique du feu (Puf)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.