[A écouter] Björk : « The Gate »

Björk Guðmundsdóttir a grandi en Islande, chantant dans le vent sur le chemin de l’école, courant sur les collines dès que l’occasion s’en présentait. Même dans ces compositions les plus ouvertement destinées aux pistes de danse, quelque chose de cette enfance subsiste.

L’auteur de La Pensée écologique, le philosophe Timothy Morton, avec qui elle correspond (leurs lettres ont été exposées lors de sa rétrospective au Museum of Modern Art de New York), lui a avoué que sa musique avait eu « une très profonde influence sur [sa] façon de pensée et [sa] vie de manière générale » et que l’étrange sentiment d’intimité avec d’autres espèces ou la façon dont des humeurs qui sembleraient contraires (la tendresse et la noirceur, l’inquiétude et la joie) fusionnent dans ses chansons correspondent à sa définition d’une « conscience écologique ».

Cette conscience saute aux oreilles sur certains albums, comme cet Utopia de 2017, farouchement politique et profondément personnel. « I care for you, care for you » répète l’artiste sur ce premier extrait empli de sifflements, de bruissements, d’échos : The gate. Nous aussi, on « care », on se sent concerné…

(extrait de Utopia)

Pour continuer…
Retrouvez ici notre sélection d’œuvres qui mêlent musique et nature…
Photo : Cénel et François Mauger

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.