Le 18 juillet, une journée pour écouter la terre

Le 18 juillet, le jour qui a vu naître le compositeur et essayiste canadien Raymond Murray Schafer, est depuis 11 ans le « World Listening Day ». Chaque année, l’événement réunit des milliers de personnes à travers la planète, sous l’impulsion d’associations qui sont les héritières des travaux engagés dans les années 1970 par celui qui a lancé le concept d’écologie sonore : le World Forum for Acoustic Ecology (WFAE) et le World Listening Project, tous deux présidés par le compositeur Eric Leonardson.

L’édition de 2021 s’annonce particulière. 2020 a en effet été une année à l’arrêt, où le volume des bruits anthropiques a momentanément décru. Des paysages sonores inattendus ont brièvement émergé, juste le temps de nous rappeler à quel point l’homme a profondément et durablement modifié son environnement.

Léah Barclay (photo : Robert T Munden, 2014)

Les associations organisatrices ont choisi pour thème de l’édition à venir : «The Unquiet Earth», ce que l’on pourrait traduire par « la terre inquiète », si l’on ne perdait pas au passage l’idée de calme et de silence. Ce choix pousse à se pencher sur les sons d’ordinaire imperceptibles : les milliers de petits sons cachés dans les airs, sous terre ou au fond des mers. Le conseil créatif du World Listening Project (l’artiste sonore écossaise Linda O’Keeffe, la bioacousticienne australienne Léah Barclay, Katherine Krause, la compagne de Bernie Krause, l’artiste sonore mexicaine Amanda Gutiérrez, l’universitaire turc Gurkan Mihci, l’artiste sonore nigérian Emeka Ogboh, le compositeur états-unien Norman W. Long et l’artiste sonore états-unien Dan Godston) estime que ces sons « peuvent apporter une nouvelle perspective, potentiellement pleine d’espoir, sur l’avenir de la planète et de l’humanité ».

Emeka Ogboh (photo : Michael Danner)

Le 18 juillet, les passionnés sont donc invités à organiser des événement locaux autour de ces sons ou à envoyer leurs captations pour qu’elles soient intégrées à un vaste programme diffusé en continu sur Internet. Et, bien sûr, ils sont encouragés à souhaiter un joyeux anniversaire à Raymond. 88 ans, ce n’est pas rien !

Photo de têtière : Cénel et François Mauger
Pour aller plus loin...
Le site du World Listening Project
Le site du World Forum for Acoustic Ecology

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.