Portrait : Gilles Malatray, audiobaladeur désartsonnant

Gilles Malatray se décrit volontiers comme un « lobe-trotter invétéré ». Certes, la plupart d’entre nous est équipée d’une paire de pavillons comparable – en apparence – aux siens mais, en réalité, promener des oreilles aussi affûtées n’est pas donné à tout le monde. Gilles Malatray en a d’ailleurs fait son métier.

Où qu’il intervienne, que ce soit en ville ou à la campagne, il donne à entendre de l’inouï. Organisateur d’audiobalades, guide-conférencier attitré des paysages sonores insoupçonnés, il participe régulièrement à des festivals (Kontacts Sonores à Chalon-sur-Saône, Les Nuits Sonores à Lyon, Electropixel à Nantes…) et prend la parole dans des cadres aussi divers que l’École nationale supérieure d’architecture de Lyon, l’École supérieure d’arts et de design d’Orléans ou l’Institut Français de Saint -Pétersbourg…


Le questionnaire de 4’33

Quel son vous rappelle votre enfance ?
Gilles Malatray : Les cloches d’un petit village Saint-Bonnet le Troncy dans le Rhône

Quel est votre son favori aujourd’hui ?
Gilles Malatray : Toujours les cloches

Quel bruit vous horripile ?
Gilles Malatray : Les klaxons des automobilistes pressés et hargneux (pas ceux, festifs, des cortèges de mariage)

Quelles mélodies vous viennent en tête lorsque vous vous promenez dans la nature ?
Gilles Malatray : Beaucoup, ou pas. Mais s’il fallait en citer une, je dirais Le temps de vivre de Georges Moustaki

Si l’une de vos connaissances s’intéressait soudain au rapport entre musique et nature, que lui conseilleriez-vous d’écouter ou de lire en premier ?
Gilles Malatray : Pour la lecture, le Paysage sonore de Murray Schafer, et pour l’écoute, j’hésiterais entre Luc Ferrari, Yann Paranthoën et Knud Viktor (les trois de préférence).

Photo de têtière : Cénel et François Mauger
Pour aller plus loin...
Le site de Gilles Malatray : desartsonnantsbis.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.