Les sons de la nature soignent, selon une étude états-unienne

Nos « paysages sonores » se dégradent. Une étude récente menée par Rachel T. Buxton, Amber L. Pearson, Claudia Allou, Kurt Fristrup et George Wittemyer rappelle qu’ils sont « de plus en plus menacés, du fait de la disparition rapide d’animaux tels que les oiseaux et de l’intrusion de bruits ». Parce qu’ils interfèrent avec des signaux sonores importants, « ces bruits altèrent le comportement, la physiologie et la forme physique de la faune, ce qui entraîne un nouvel appauvrissement du paysage sonore ». Par ailleurs, « pour les humains, le bruit contribue à divers problèmes de santé : pertes auditives, autres effets physiologiques, niveaux élevés de gêne, fréquence accrue d’hypertensions et de maladies cardiovasculaires dans la population… ».

Par chance, le remède est à portée d’oreille. Après avoir épluché 36 publications scientifiques (liens ci-dessous) provenant du monde entier (près d’un tiers de la seule Suède) et avoir mené leur propre enquête, les auteurs de cette « Synthèse des bienfaits pour la santé des sons naturels et de leur distribution dans les parcs nationaux » notent que l’écoute prolongée de sons de la nature est capable d’amener « une diminution de la douleur et du stress, une amélioration de l’humeur et des performances cognitives » et de prévenir l’apparition d’ « une myriade de maladies ». Pourquoi ? Simplement parce que « les environnements acoustiques naturels fournissent des sensations de sécurité, les signes d’un monde ordonné, sans danger, ce qui permet la réduction des comportements liés au stress (…). À l’inverse, une absence d’indicateurs naturels de sécurité dans l’environnement sonore peut éveiller la vigilance et induire de façon inconsciente un état d’alerte ». Selon les 5 scientifiques, les sons qui font le plus de bien sont ceux de l’eau (effets positifs sur la santé) et les chants d’oiseaux (atténuation du stress et de la gêne).

Travaillant pour la plupart pour des universités états-uniennes (Michigan State University, Colorado State University…), les auteurs se penchent en particulier sur les paysages sonores des parcs nationaux du pays. Ils rappellent que « les préoccupations du Congrès à propos de l’impact du bruit ont abouti à la protection obligatoire des paysage sonores dans les parcs nationaux des États-Unis ». Raymond Murray Schafer et Bernie Krause évoquaient déjà le problème dans leurs essais mais il semble que, même dans ces lieux protégés, le bruit continue d’ « amoindrir le plaisir et [de] dégrader la santé des visiteurs, directement en tant que facteur de stress, et indirectement en réduisant le nombre d’animaux producteurs de sons ».

Et en France, où en sommes-nous ? A première vue, aucun des articles consultés pour écrire cette nouvelle étude ne provient de chercheurs français. Ils sont pourtant nombreux à étudier les impacts du bruit sur la biodiversité : Jérôme Sueur (Maître de conférences au Muséum national d’histoire naturelle), Thierry Aubin (directeur de recherche de l’équipe Communication acoustique au laboratoire NeuroPSI, CNRS), Nicolas Mathevon (de l’université de Saint-Etienne)… A nous de tendre l’oreille dans leur direction !

Photo : Cénel et François Mauger
Pour aller plus loin...
Lire ici l'article de Rachel T. Buxton, Amber L. Pearson, Claudia Allou, Kurt Fristrup et George Wittemyer : A synthesis of health benefits of natural sounds and their distribution in national parks
Quelques autres articles cités par les auteurs…
Lire ici l'article de 2019 : The psychophysiological implications of soundscape: A systematic review of empirical literature and a research agenda
Lire ici l'article de 2017 : Acoustic environments matter: Synergistic benefits to humans and ecological communities. 
Lire ici l'article de 2017 : Nature contact and human health: A research agenda.
Lire ici l'article de 2018 : Urban green space and its impact on human health. 
Lire ici l'article de 2017 : A review of the benefits of nature experiences: More than meets the eye. 
Lire ici l'article de 2017 : Bird diversity improves the well-being of city residents
Lire ici l'article de 2020 : Ecosystem services enhanced through soundscape management link people and wildlife
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.