Vers des circuits courts ?

Le circuit court… Beaucoup d’associations s’y sont cassé les dents. Les initiatives visant à proposer un « panier culturel » sur le modèle du panier des AMAPS (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) ont pour la plupart tourné court.

Il faut croire qu’un disque n’est pas comparable à une courgette, que la relation qu’il crée entre l’artiste et l’auditeur diffère radicalement de celle qui existe entre un agriculteur et ses clients. « Un spectacle n’est pas exactement du même ordre qu’une production maraîchère » s’amusent les auteurs de Pour une géologie des instruments de musique (Valérie Ballereau, Fabrice Pirolli, Sophie Reboud, François Ribac, Christine Sinapi). Ils ajoutent : « S’il a aussi lui aussi besoin d’être sain et de ne pas affecter la planète, les circuits courts ne sauraient constituer la seule solution. Peut-on, doit-on totalement se défaire de la sensibilité moderne qui nous incite à regarder de l’autre côté du Channel, en Afrique, aux USA, à aimer découvrir des choses venues d’ailleurs, à vivre des expériences intenses avec notre Ipod, à découvrir des continents inconnus sur le Web ? ».

La question mérite d’être posée. Mais, à l’heure où le transport aérien subit un ralentissement que certains prédisent durable, voire définitif, la question de la relocalisation de la production musicale n’est pas non plus hors-sujet.

D’ailleurs, certaines des formes musicales qui forment aujourd’hui le socle de notre culture (les cantates de Bach, conçues pour les fidèles de l’église Saint-Nicolas à Leipzig, le blues rural du Mississippi, le reggae de Kingston…) ne sont-elles pas nées au sein de ce qu’on pourrait qualifier de « circuits courts » ?

Interroger des sociologues ou des ethnologues sur l’histoire et le devenir de la relation entre l’artiste et son public proche pourrait nous éclairer durablement…

Pour continuer...
Parcourir la bibliothèque de 4'33
Lire l'interview de Laurent Cavalié : «  J’aimerais pouvoir vivre de ma musique comme mon maraîcher vit de ses légumes »
Photo : Cénel et François Mauger
Pour aller plus loin...
Valérie Ballereau, Fabrice Pirolli, Sophie Reboud, François Ribac, Christine Sinapi : Pour une géologie des instruments de musique, in Revue d'études théâtrales (Presses de la Sorbonne Nouvelle)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *