DJ4CA : des DJs voient l’avenir approcher…

Vous imaginez les DJs professionnels perdus dans un monde de fêtes et d’artifices ? Peut-être avez-vous tort… Probablement, même, si l’on en croit les travaux que mènent « DJs for Climate Action » (abrégé en DJs4CA), un groupe formé en 2011 par quelques animateurs des nuits des grandes villes (Sam Posner, Eli Goldstein, Mira Weisenthal, Robin Perkins, Ruben Pariente, Seb Jenkins…). Avec l’appui du collectif Reroot, ils viennent de publier leur vision de l’avenir proche.

« En 2030, nous ne serons pas seulement une industrie, mais une communauté mondiale dynamique, à l’avant-garde des questions environnementales et sociales » écrivent-ils dans le document de 29 pages qu’ils viennent de mettre en ligne. Déclarations d’intention générales et détails pratiques y alternent. La question du transport d’une discothèque à l’autre y est longuement abordée. « Quand nous voyagerons, nous volerons moins, resterons plus longtemps et nous connecterons plus profondément. Nous voyagerons plus lentement et de manière plus durable, en regroupant les dates régionales d’une tournée, en utilisant des modes de déplacement plus écologiques et en adoptant les principes du slow travel. En choisissant un hébergement durable sur le plan environnemental et social, notre tournée soutiendra et aidera à régénérer les écologies locales et les économies locales » annoncent également les auteurs, qui évoquent aussi des tournées collectives et des résidences de plusieurs mois.

Ils ont participé à la réflexion : Lola Villa (Mexique), Mr V (Etats-Unis), Robin Perkins (France), Eli Goldstein (Etats-Unis)…

« Pour pouvoir réduire le nombre de vols en avion, nous aurons – d’ici 2030 – construit un modèle de revenu qui est moins tributaire des tournées » ajoutent-ils. « Les revenus tirés de la création musicale refléteront mieux sa vraie valeur. En agissant collectivement, nous mettrons la pression sur les fournisseurs de services numériques, pour qu’ils paient mieux la musique diffusée en ligne, rendant plus explicite le lien entre rémunération équitable, tournées et changement climatique. En utilisant les nouvelles technologies et les nouveaux services, nous négocierons avec les sociétés de perception du droit d’auteur pour nous assurer que les redevances versées reflètent mieux la musique réellement jouée dans les clubs et les festivals ».

« Nous privilégierons les clubs, festivals et événements qui fonctionnent en harmonie avec la nature, sont inclusifs et inspirent un changement de mentalité. Les programmations seront plus représentatives de notre diversité, de notre dynamisme, avec une programmation régionale et locale plus forte » renchérissent les membres du collectif.

Suffit-il de vouloir ces changements pour qu’ils adviennent ? Assurément pas. Il faut faire un pas après l’autre : lire les résultats des travaux de DJs for Climate Action puis les rejoindre dans leurs combats…

Photo de têtière : Cénel et François Mauger
Pour aller plus loin...
Lire la "future vision" de DJs for Climate Action

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.