Imprimer moins, imprimer mieux

Souvenez-vous d’Aristide Bruant (1851-1925), de son écharpe rouge s’étalant sur les réclames que peignait Toulouse-Lautrec… L’affiche est depuis plus d’un siècle un élément-clé de la communication autour du spectacle vivant. Comment la rendre moins polluante ? D’abord en faisant appel à l’un des 1709 imprimeurs qui arborent aujourd’hui le logo « Imprim’vert ». La mention « Votre imprimeur agit pour l’environnement » qui le souligne signifie que l’entreprise respecte un cahier des charges minimal, qui comprend l’élimination conforme des déchets dangereux, la sécurisation des stockages de liquides dangereux, la non-utilisation de produit toxique, la sensibilisation environnementale des salariés et le suivi des consommations énergétiques du site.

Mais l’ADEME, l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie, propose d’aller plus loin.

Sur le site web qu’elle a dédié aux professionnels de la communication, sa première préconisation porte sur le choix du papier. Il est conseillé d’opter pour un papier écolabellisé, de préférence siglé « FSC ». Le « Forest Stewardship Council » est en effet une organisation internationale fondée en 1993 en vue d’une meilleure gestion des forêts du monde entier. Ses critères sont plus fiables que ceux du « Program for Endorsement of Forest Certification Scheme » (PEFC), système de certification créé à Paris et en partie basé sur les déclarations des forestiers eux-mêmes.

L’ADEME recommande également de choisir des encres dites « végétales », parce qu’elles présentent une moindre toxicité et utilisent des matières renouvelables plutôt que des ressources minérales pétrochimiques. Enfin, une visite chez l’imprimeur peut être l’occasion de s’assurer qu’il gère au mieux ses déchets.

Ces exigences ont cependant des contreparties : l’imprimeur ne pourra pas améliorer ses pratiques environnementales si l’organisateur de spectacle lui est infidèle, cherche toujours le coût le plus bas ou ne passe ses commandes qu’à la dernière minute.

Photo : Cénel et François Mauger
Pour aller plus loin...
https://communication-responsable.ademe.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *