S’initier à la lutherie sauvage

L’expression semble venir de l’un des livres du musicien belge Max Vandervorst, inventeur – entre autres ! – du violon à clous, du saxosoir et du choucroutophone. La « lutherie sauvage » consiste à fabriquer ou bricoler soi-même des instruments avec du matériel de récupération. A Bagnolet, l’association Lutherie Urbaine entasse pour la pratiquer roues de vélo, tuyaux de toutes tailles et de tous diamètres, bidons et lattes de sommier. Une scie ou une pince à la main, des mélomanes de tous âges et de tous milieux y échangent autour de prototypes étonnants mais rarement dissonants. Rien de plus durable !

Photo : Cénel et François Mauger
Pour aller plus loin...
Bienvenue
https://www.say-yess.com/2013/2796/recyclage-instrumental-des-luthiers-pas-comme-les-autres/ https://mrmondialisation.org/une-journee-dediee-a-la-lutherie-sauvage/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *