Ralentir le tempo ?

Dans Les hommes lents, l’historien Laurent Vidal narre la façon dont le manque de rapidité a peu à peu été associé à la paresse, l’inattention, l’inefficacité… La lenteur serait devenue synonyme d’inadaptation à la modernité, loin du « modèle prétendument universel de l’homme moderne civilisé prompt-efficace-moral-respectueux ». Mais elle incarnerait également une forme de résistance, un peu à la manière des gilets jaunes, qui ont ralenti le trafic en 2018 et 2019 pour dénoncer leur déconnexion des rythmes des plus favorisés, ou du scribe Bartleby, qui, dans la nouvelle de Melville, « préfère ne pas ». Et en musique, n’a-t-on pas eu tendance, ces dernières décennies, à accélérer le tempo ?

Photo : Cénel et François Mauger
Pour aller plus loin...
« Les hommes lents, résister à la modernité » de Laurent Vidal (Flammarion)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *