Tout repenser

Le chantier s’annonce ardu. C’est en profondeur qu’il va falloir creuser si l’on veut examiner ce qui fonde nos pratiques musicales, exhumer le socle de notre vie culturelle. Le sociologue François Ribac pense même en termes de « cosmogonie », invitant à remettre en question « la distinction entre culture et nature, l’histoire séparée de ces deux pôles, la croyance dans le progrès constant des sociétés et des techniques… ».

Il est aujourd’hui temps que la réflexion aille au-delà des concepts d’hier, ne serait-ce que parce que – pour pour reprendre les mots d’Agnès Sinaï, la cofondatrice et présidente de l’Institut Momentum sur l’Anthropocène et ses issues – « il est trop tard pour le développement durable ». L’agenda 21, un outil très utilisé dans le monde du spectacle vivant, d’une grande richesse puisqu’il s’appuie sur quatre piliers (culturels, économiques, sociaux et environnementaux), ne peut être exclus de cette remise en question car il est également lié à la notion de développement durable. Enfin, les prestigieux mots de « démocratisation culturelle » mériteraient eux aussi d’être réexaminés à la loupe, tant ils ont servi d’alibi à l’imposition d’œuvres et de projets à des communautés qui n’en sont pas sorties grandies.

Il reste à tout repenser : « engager une transition – non pas seulement énergétique mais aussi socio-écologique – nécessite de se dégager des paradigmes de cette modernité et de retisser des liens matériels, imaginaires et théoriques avec (tout) ce qui peuple la Terre » écrit François Ribac, dans un texte intitulé Pour une géologie des instruments de musique qu’il co-signe avec Valérie Ballereau, Fabrice Pirolli, Sophie Reboud et Christine Sinapi. Les auteurs ajoutent : « Et comme la plupart des activités humaines, les arts (de la scène) ont leur mot à dire dans cette transition tout à la fois matérielle et cosmogonique ».

Pour continuer...
Parcourir la bibliothèque de 4'33
Photo : Cénel et François Mauger
Pour aller plus loin...
https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01672698/document

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *