Daman des rochers : les autres animaux (aussi) ont le sens du rythme

« Rhythm is love » chantait à ses débuts l’Anglo-Nigérian Keziah Jones. Et il avait raison. Des chercheurs travaillant pour des universités allemande et israélienneVlad Demartsev, Michal Haddas-Sasson, Amiyaal Ilany, Lee Koren et Eli Geffen – viennent de le prouver à propos du Daman des rochers.

Egalement appelé « Daman du Cap » (Procavia capensis), ce petit mammifère ressemble à une marmotte ou un gros cochon d’Inde. Il vit en groupes et se nourrit d’herbes ou de feuillages. On le trouve quasiment dans toute l’Afrique sub-saharienne et jusqu’au Proche-Orient (il s’y trouve depuis longtemps, puisqu’il est cité dans la Bible). Comme chez nombre d’oiseaux, le mâle tente de charmer les femelles en chantant.

Son chant s’avère extrêmement complexe. L’animal est capable de produire une trentaine de sons différents, semblables à des cris, des grincements, des grognements ou encore des gazouillis. Ses combinaisons de sons forment des sortes de phrases vocales qui ne se répètent jamais. Il est parfois possible de noter des caractéristiques communes aux phrases des damans d’une région, comme s’ils parlaient un même dialecte.

Les chercheurs ont observé depuis 2002 les damans des rochers de la réserve naturelle d’Ein Gedi, au cœur du désert de Judée, aux abords de la Mer Morte. Ils ont enregistré leurs chants et analysé ensuite des données génétiques. La question qu’ils se posaient était : existe-t-il un lien entre les caractéristiques rythmiques du chant et le succès reproducteur des animaux ?

L’étude parue ce mois dans le Journal of Animal Ecology, une publication de la British Ecological Society, démontre, en combinant des analyses acoustiques et une évaluation génétique à long terme de la parenté, que les mâles dont le chant de parade nuptiale était le plus rythmiquement précis produisaient plus de descendants que les autres. D’un point de vue évolutif, le rythme pourrait donc parfois avoir pour fonction de signaler l’état de santé du mâle et, partant de là, son adéquation en tant que partenaire sexuel des femelles. L’amour est aveugle mais il n’est pas sourd…

Photo de têtière : François Mauger
Photo du Daman : Bernard Dupont (via Wikipedia)
Pour aller plus loin...
Lire l'article 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.